The World Of Arda


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Appartements du Chevalier Elena d'Emeraude

Aller en bas 
AuteurMessage
Elena
Jeune Chevalier d'Emeraude
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 28
Localisation : Là où on a besoin de mon aide...
Humeur : Calme
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Semie Elfe
Alignement: Loyal Bon Loyal Bon
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Appartements du Chevalier Elena d'Emeraude   Sam 11 Oct - 23:07

[description à venir]

_________________


+ Chevalier d'Emeraude de la Seconde Génération +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com/
Elena
Jeune Chevalier d'Emeraude
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 28
Localisation : Là où on a besoin de mon aide...
Humeur : Calme
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Semie Elfe
Alignement: Loyal Bon Loyal Bon
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Re: Appartements du Chevalier Elena d'Emeraude   Sam 11 Oct - 23:12

Lorsqu’elle entra dans ses appartements, Elena trouva un bain fumant, une serviette posée sur le lit ainsi que des vêtements propres. La jeune femme éprouva une intense satisfaction, la prévoyance des domestiques l’étonnait toujours.
En passant près de la fenêtre, elle contempla la fière montagne derrière le palais séparant les Royaumes d’Emeraude et de Diamant. Généralement reconnu comme étant l’antre du Magicien de Cristal, le sommet de ce pic imposant était continuellement coiffé de nuages. Son flanc sud escarpé où nichaient aigles et faucons lui avait servi d’entraînement ce matin.

Partie avant l’aube, elle s’était entraînée à l’escalader et avait fait deux fois l’aller-retour jusqu’à une corniche située quelques centaines de mètres plus haut. D’une agilité et d’une souplesse surhumaines, elle avait réussi une ascension "impossible".
En effet, les interstices entre les blocs de roches qui constituaient la paroi qu’elle avait choisie étaient peine suffisants pour y insérer l’extrémité des doigts et leurs arrêtes arrondies par un quelconque phénomène, naturel ou magique, offraient des prises aussi rares que glissantes.

Quelques mois plus tôt, Elena aurait considéré l’escalade irréalisable, surtout de nuit et avec ce froid d’avant l’aube, mais elle avait désormais compris désormais que pour elle, ce qu’on qualifiait habituellement d’ "impossible" n’était pas inenvisageable et elle n’avait pas hésité une seconde devant cette ascension vertigineuse et risquée.

Si la première moitié de l’ascension avait été aisé, elle avait senti par la suite le poids de son corps la tirer en arrière, l’obligeant à verrouiller ses prises et, fait inhabituel, à utiliser la force autant que la souplesse. Aucune pause n’avait été envisageable jusqu’à la corniche. Elle s’était obligée à respirer profondément et avait vite compris le rôle essentiel que jouait la respiration dans une telle entreprise.

A un moment, elle sentit que son corps lui envoyait toute sorte de signaux d’alarme et cela amorça son inquiétude. Elle avait jeté un coup d’œil sur le sol. Ses muscles criaient grâce, son souffle était court et une chute de cent mètres ne pardonnait pas. Elle avait saisit une prise infime, monté un pied à la hauteur de ses hanches, décalé ses appuis...

Elena avait serré les dents. Alors qu’elle avait pensé en être incapable, elle était parvenue à se hisser jusqu’à une fissure qui serpentait au-dessus d’elle. Son pied gauche avait alors ripé sur la surface lisse de la pierre. Elle s’était rattrapée d’extrême justesse et avait retrouvé son équilibre par miracle.
Ce « miracle » fut suivi d’une prise de conscience. Ce qu’elle effectuait avait beau paraître stupide du fait de sa dangerosité, elle sut que c’était le seul moyen d’atteindre son but... Et elle ne tomberait pas, elle en avait la certitude. Elle ne tomberait pas car les êtres libres savaient voler...

Tension et fatigue avaient dès lors fui ses membres. Ses mouvements avaient retrouvé leur fluidité habituelle et son cœur un rythme normal. Elle s’accorda même le luxe d’interrompre sa progression, les doigts crochetés dans une minuscule anfractuosité, les pieds serrés sur un perchoir à mouches et regarda le paysage qui s’étalait sous ses yeux.

Le fait d’être suspendue ainsi au-dessus du vide et dans un équilibre précaire, le fait d’être dans une situation dangereuse qu’elle s’était imposée à elle-même lui fouetta les sangs et la chargea d’adrénaline. Elle en éprouva une satisfaction profonde alors qu’elle regarda le minuscule château qui se trouvait en dessous d’elle et où devait se trouver actuellement ses frères et sœurs d’armes, sans doute occuper à jouter ensemble dans la cour d’entraînement.

A la deuxième escalade, elle avait choisit un autre parcours, encore plus difficile, et elle avait bien vite remarqué les immenses progrès qu’elle avait fait, bien plus importants que l’étaient habituellement ses progrès quotidiens. Se jouant à présent de l’apesanteur avec une grâce aérienne qui frôlait l’inconcevable, elle avait escaladé la falaise avec une rapidité impressionnante, comme si elle glissait au-dessus de les parois, les frôlant d’une manière sensuelle et pleine d’élégance.

En vérité, c’était comme si un déclic s’était fait dans son esprit et dans son corps. Sans doute était-ce parce que l’une des ses facultés naturelles qui venaient de s’éveiller pleinement. Et elle avait encore tant à découvrir sur sa personne, tant à connaître... Elle se demandait sans cesse qu’elles étaient les limites de ses capacités, et si même elle en avait.


C’est ce à quoi elle pensait lorsqu’après s’être déshabillée, elle entra dans le bain chaud et parfumé, en poussant un soupir de bien-être. Après son escalade, elle avait effectué des exercices d’assouplissement et elle avait été se rincer dans une rivière où elle s’était amusée à nager pendant un moment à contre-courant. Le temps de se sécher au soleil et de se rhabiller, elle avait eu tout juste le temps de rentrer au château avant midi. A peine revenue, elle avait senti la présence du chevalier, et de là, tout s’était enchaîné...

La jeune femme leva une de ses mains à la hauteur d’un rayon de soleil et la contempla, rêveuse. A l’origine lorsqu’elle était plus jeune, sa peau était d’une blancheur immaculée et éclatante. Mais elle passait ses journées à l’extérieur, été comme hiver -lorsqu’elle n’était pas enfermée dans les coins sombres des bibliothèques- et sa peau avait étrangement adopté une légère couleur dorée et plus foncée. Ce n’était pas un véritable bronzage et elle n’était pas assez foncée pour que l’on puisse dire qu’elle avait été tannée par le soleil. Sa peau reflétait la lumière d’une manière étrange, comme si elle était huilée, ou plutôt, comme si elle jetait l’éclat de milliers de minuscules paillettes. Elle brillait d’une façon irréelle.


Qu’est-ce que je suis ?...


Elle savait qu’elle n’était pas humaine, mais qu’était-elle alors ? Cette question était toujours restée sans réponse, et ce depuis son enfance où elle avait commencé à se la poser. Et comme elle ressurgissait, elle chassa de son esprit un instant celles qu’elle avait au sujet de Pelleas.

Si elle était une elfe, pourquoi avait-elle été abandonné ? Elle savait que les elfes étaient peu féconds et qu’un enfant signifiait un amour véritable. Le jeune être était alors choyé et aimé de tous. Alors pourquoi l’aurait-on rejeté ? Ca n’avait pas de sens... De plus, elle avait été trouvée dans le royaume d’Emeraude, or, les royaumes elfiques se situaient à plusieurs milliers de kilomètres de cet endroit. Du moins, c’est ce qu’elle avait lu dans les livres d’historiens car de nos jours, presque personne, hormis les érudits et encore, ne croyait en l’existence des elfes. On pensait qu’ils s’agissaient de simples légendes, tout comme les nains et toutes les autres créatures fantastiques qui avaient existé.

Elena n’y portait pas créance, elle savait que les elfes existaient et elle savait que l’on ferait également passer les dragons pour de simples créatures de contes dans quelques centaines d’années lorsqu’ils auront eux aussi disparu. Car le peuple des Dragons était aussi vieux que celui des Elfes et se trouvait lui aussi en déclin. Les dragons sauvages ayant été pendant un long moment chassé, la reproduction de ceux-ci avait considérablement ralentie jusqu’à ce que le dernier œuf de dragons éclose il y a quelques années. Tous les dragons femelles semblaient avoir disparu hormis la dragonne de l'étrange dragonnier survenu quelques mois plus tôt et celles qui devaient se trouver dans l’Empire Noir sans doute. La race des dragons cesserait alors d’exister lorsque le dernier dragon rendra son dernier souffle. Mais la jeune fille avait un espoir... Un espoir qu’elfes, nains et dragons femelles fussent encore en vie, et cachés, quelque part, à l’abri des regards et de la folie des hommes. Elle espérait de tout son cœur que tous ces êtres et ces choses merveilleuses ne cessent pas d’exister, pour qu’il apporte un peu de lumière à ce monde... Car les Ténèbres approchaient, elle le sentait, venues des étoiles et de l’empire menaçant...

_________________


+ Chevalier d'Emeraude de la Seconde Génération +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com/
Elena
Jeune Chevalier d'Emeraude
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 28
Localisation : Là où on a besoin de mon aide...
Humeur : Calme
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Semie Elfe
Alignement: Loyal Bon Loyal Bon
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Re: Appartements du Chevalier Elena d'Emeraude   Mer 29 Oct - 13:22

L’astre du jour avait poursuivi sa course dans le ciel. Après être arrivé à son zénith, il déclinait maintenant depuis une heure. Dans une heure encore, Pelleas aurait une entrevue avec le roi, et tous ses frères et sœurs d’armes se devaient d’y assister. Le roi avait décidé de ne pas rencontré le chevalier avant cette heure, lui permettant ainsi de se préparer, de manger et de prendre un court repos.

Elena sortit lentement de l’eau, rejetant en arrière ses cheveux humides et les nouant de façon à ce qu’ils rendent leur eau. Après s’être séchée et habillée, elle s’installa devant la coiffeuse et commença à brosser sa longue chevelure de jais. Lorsque ses cheveux furent secs et brillants, elle fit deux tresses le long de son visage qu’elle noua ensemble à l’arrière de sa tête. De cette façon, celles-ci formaient comme une fine couronne autour du reste de sa chevelure cascadant autour de son visage et sur ses épaules. Cette coiffure paraissait bien simple, de même que sa tenue ; une tunique vert émeraude agrémentée de quelques broderies en fil doré, un pantalon d’un vert plus foncé, une ceinture de cuir avec peu d’ornement et une paire de bottes en cuir noires et luisantes ; mais elle avait l'air d'une reine. Elle disposa par-dessus cet habit une pèlerine d’un vert très sombre, presque noir et se regarda un instant dans la glace. Un étrange sentiment l’envahit qui la mit mal à l’aise et un flot de nouvelles questions avait de nouveau surgi. Elle sentit qu’il y avait un lien entre elles, un lien tenu, certes, mais un lien malgré tout, même si elle n’arrivait toujours pas à la définir. Un coin de son esprit restait fixé sur ce qui s’était passé la veille...

Une énorme étoile rouge avait déchiré le voile du crépuscule alors qu’elle était restée à sa fenêtre, comme tous les soirs, pour admirer les étoiles. Partie du nord, elle avait foncé vers l’intérieur des terres. Comme tous les Chevaliers, Elena avait été entraîné à lire les signes dans le ciel et cette lance de feu ne présageait rien de bon. Lorsque son esprit admis qu’elle annonçait un grand malheur pour Endora, elle sentit comme un coup dans sa poitrine. Dans sa grande tour, le magicien avait observé le même phénomène. Effrayé, il s’était laissé retomber sur son tabouret de bois. Ce qu’il redoutait depuis si longtemps, le roi et lui, allait se produire. La menace, qu’ils avaient entrevue dans le grand miroir de la destinée, alors qu’ils n’étaient encore que de jeunes loups, venait de se concrétiser.

Depuis quelques temps, Elena avait fait d’étranges rêves. On disait que les Elfes avaient le don de double-vue, mais elle aurait aimé qu’un tel don ne fusse pas venu à elle, car il n’était que présages de souffrance, de chaos, de mal et de mort, tout comme le feu dans le ciel... Et si le retour de Pelleas à un tel moment n’était pas anodin ? Si le présage de la veille se révélait confirmé ? Si le signe dans le ciel était lié aux rêves ?...

Déroutée, elle resta dans un certain état de malaise quelques instants, puis elle se ressaisit. Son visage afficha de nouveau le calme impassible dont elle faisait habituellement preuve, et elle essaya de prendre du recul par rapport aux évènements. Si un terrible malheur devait arriver, d’une manière ou d’une autre, il leur faudrait faire face. Certes, ils n’auraient sans doute d’autre choix, mais la seule chose qu’ils puissent faire n’était pas de se lamenter mais d’agir. C’est sur ces dernières pensées qu’Elena sortit de ses appartements pour se rendre à la salle du trône.

A peine avait-elle quitté l’aile des chevaliers qu’elle entendit des pas derrière elle, indiquant qu’on la suivait et cherchait à la rattraper. Elle ralentit l’allure pour laisser à un séduisant jeune homme le temps de se ranger à ses côtés. Dans un mouvement empreint de grâce, Elena se retourna pour faire face à celui-ci.

-Dame Elena.

-Sir Brennan.

Le chevalier Brennan n’était pas un Chevalier d’Emeraude. Sa famille avait le statut et les titres de noblesse depuis des générations et il servait dans l’armée d’Emeraude, parmi le grand nombre de ses guerriers, c’est-à-dire ceux qui n’étaient dotés d’aucun pouvoir magique. Les cheveux bruns coupés au-dessus des épaules, le regard gris et perçant, il était âgé d’à peine une vingtaine d’années.

-Vous êtes de toute beauté, ma Dame, comme à votre habitude.

Il savait pertinemment qu’Elena se moquait de ce jeu de flatterie et qu’elle était loin d’être de ces femmes qui tombaient si aisément sous le charme d’un beau parleur. Tout comme lui, elle était une guerrière, même s’il avait eu bien du mal à l’accepter au début et doutait que le sexe faible puisse parvenir à égaler un jour les hommes virils qu’étaient la plupart des soldats rompus.

-A votre air pressé, poursuivi Brennan avec un sourire, sans relever que le compliment offert ne semblait pas l’avoir touché, je devine que vous vous rendez vous aussi à la salle du trône.

-En effet, c’est bien là que je me rends.

-Oserais-je vous proposer de vous y accompagner ?

En guise de réponse, la jeune fille lui sourit et lui offrit son bras. Le jeune homme sembla quelques instants confus, et lorsqu’il prit son bras, Elena ne put s’empêcher de remarquer sa respiration saccadée qu’il tentait en vain de calmer, sa fébrilité et son cœur battant. Elle poussa un imperceptible soupir.

Tandis qu’ils conversaient de choses et d’autres tout en allant d’un pas pressé vers leur destination, Brennan ne cessait de lancer des coups d’œil à la jeune femme.
Elena d’Emeraude était sans aucun doute une personne mystérieuse et étrange. Ce devait être une des plus belles créatures qui eut jamais foulé ce monde, et le jeune chevalier ne douta pas un instant qu’elle fut Elfe, bien que nombre disait qu’ils n’étaient qu’êtres de légendes. Il n’y avait pourtant que trois femmes dans l’Ordre car cette fonction était principalement réservée aux hommes disait-on. Mais bien qu’elle soit combattante et magicienne redoutable, elle avait réussi à garder cette grande féminité et grâce qui la caractérisait.

Les deux jeunes gens arrivèrent enfin à la salle du trône. Tout le monde ou presque était présent. Les Chevaliers d‘Emeraude des deux générations formaient deux longues lignes de part et d’autre du tapis qui menait à l’estrade. Elena se plaça aux côtés d’Owen, un des frères d’armes de sa génération. A présent, des réponses à certaines de ses questions allaient sans doute être apportées.

~> Rp à suivre dans La Salle du Trône

_________________


+ Chevalier d'Emeraude de la Seconde Génération +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Appartements du Chevalier Elena d'Emeraude   

Revenir en haut Aller en bas
 
Appartements du Chevalier Elena d'Emeraude
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marek
» Les Chevaliers d'Emeraude
» Les Chevaliers d'Emeraude BD
» Un honorable chevalier
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The World Of Arda :: Arda :: Endora :: Les Douze Royaumes :: Le Royaume d'Emeraude :: x Château d'Emeraude :: x Aile des Chevaliers-
Sauter vers: