The World Of Arda


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Dragonniers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eru
Divinité créatrice
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Ici, là-bas, partout...
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Unique
Alignement: Neutre Strict Neutre Strict
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Les Dragonniers   Sam 29 Nov - 11:29

Les Dragonniers




SOMMAIRE



I-L’histoire

*Le Commencement ou la naissance de l'Ordre
*L'Age d'Or
*Les Déclin ou la Chute des Dragonniers


II- Le cursus et la formation

*Les types de Dragonniers
*L’Empreinte
*La hiérarchie
*La mutation
*L’enseignement
*Leçons de vol et Interstice
*La formation
*L’entraînement


III- Les armes, équipement et pouvoirs des Dragonniers

*Les lames de Dragonniers
*L’équipement des Dragonniers
*Les pouvoirs des Dragonniers


IV- Les Dragonniers aujourd’hui

_________________

"Sois humble car tu es fais de boue.
Sois noble car tu es fais d'étoiles."

Règle n°1 : L'administrateur à toujours raison.
Règle n°2 : Si l'administrateur a tort, se référer à la règle n°1




Dernière édition par Eru le Ven 16 Jan - 21:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com
Eru
Divinité créatrice
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Ici, là-bas, partout...
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Unique
Alignement: Neutre Strict Neutre Strict
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Re: Les Dragonniers   Sam 13 Déc - 13:14

Les Dragonniers

Les Dragonniers sont issus de l'Ancienne Alliance des Dragons avec les différentes races peuplant Arda, principalement les Elfes et les Hommes. Leur origine remonte à la fin de la Guerre entre les Dragons et les Elfes, lorsqu'un jeune Elfe découvrit son âme-sœur, un jeune Dragon du nom de Bid’Daum. Les Dragons se lièrent avec les Premiers-Nés habitant sur leurs territoires, et les aidèrent à se protéger des nombreux périls qui les menaçaient.

Les Dragonniers, appelés «Roquenlokë » (Cavalier-Dragon) ou « Telemmaitë » (« A la Main d‘Argent ») par les Elfes, sont des Hommes ou des Elfes unis par un lien indéfectible à un Dragon. Aussi appelés Chevaucheurs de Dragons, ils se reconnaissent à la marque ovale qu’ils portent au creux de la main. On appelle ce signe distinctif « Cambë Rilma », autrement dit la « Paume Brillante ». Elle apparaît lors du premier contact avec un Dragon tout juste éclos. Une fois ce lien établi, les Dragonniers humains acquièrent une espérance de vie surnaturelle. Pour l’ensemble des Dragonniers, le lien implique un corps plus résistant, un esprit plus ouvert et un accroissement étonnant des sens. A en croire la légende, les Dragonniers sont immortels et ne peuvent succomber qu’au poison ou suite à une blessure d’épée. En outre ils développent la capacité de communiquer par télépathie avec leur Dragon et la plupart des autres créatures, ce qui se révèle souvent très utile dans leur tâche. Tous les magiciens peuvent accéder à ce pouvoir, mais aucun ne sera jamais aussi performant qu’un Dragonnier, hormis les Maître-Magiciens dont les pouvoirs sont immenses. En effet les Dragonniers deviennent tous des magiciens émérites, leurs pouvoirs augmentant à mesure que les Dragons dont ils dépendent vieillissent. Il n’est pas rare qu’un Dragonnier surpasse en termes de pouvoirs un simple magicien. Pour autant l’acquisition de ces pouvoirs n’a rien de naturel ou d’évident. Le nouveau Dragonnier deviendra un Roquenlokë à part entière qu'après avoir subit l'entraînement d'un Maitre Dragonnier.


I-L’histoire

*Le Commencement ou la naissance de l’Ordre

La caste des Dragonniers fut créée des milliers d'années auparavant, à la suite de la grande guerre entre les Elfes et les Dragons, la Guerre des Dragons, afin que les hostilités ne reprennent jamais entre les deux espèces. Les Dragonniers devinrent les gardiens de la paix et les plus puissants des magiciens, grâce aux liens uniques qui les unissaient à leurs Dragons. Quand les Hommes arrivèrent en Arda, certains d'entre eux rejoignirent cet ordre d'élite. L’élément charnière de l’histoire des Dragons fut ce que l’on nomma Ohta Lokë (La Guerre des Dragons). D’une déplorable méprise découla une guerre sanglante entre les Dragons, fraîchement débarqués sur le continent d’Endora, et le "Beau Peuple", les Elfes.

L'existence des Dragons n'a pas de début, si ce n'est la création de l'Arda elle-même ; et elle ne connaîtra pas de fin, sinon quand le monde disparaîtra, car les Dragons souffrent comme souffre la Terre. Sur l’Ile mystérieuse de Tol Orëa d‘où ils disent être nés, ils vécurent heureux, forts et fiers dans leur gloire originelle. Leur monde demeura intact jusqu'à ce qu’un désastre ravage leur chère île, ils furent forcés de la quitter pour gagner le continent. Ce sont eux qui, les premiers, peuplèrent la région, à l’est d’Endora, où se trouvent les Douze Royaumes, eux, les Nains et quelques créatures diverses. Les Dragons s’établirent alors, se reproduisirent, et se dispersèrent sur le continent.

Les Elfes du Premier Age, en Arda, étaient fiers et forts, comme les Dragons. Ils tiraient leur puissance de leur magie, si intimement liée à la Nature et à la Terre. D'abord, ils considérèrent les Dragons comme des animaux ; en effet, les Elfes ne comprirent pas immédiatement que les Dragons n’étaient pas de simples animaux, juste bons à chasser comme du gibier et voyaient en eux des monstres dévastateurs et dangereux (ce qui n’était pas tout à fait faux). Cette méprise engendra une erreur fatale. Un jeune Elfe turbulent traqua un Dragon; il le poursuivit ainsi qu'il aurait poursuivit un cerf, et il le tua. Furieux, les Dragons, à leur tour, chassèrent le chasseur et vengèrent leur congénère. Hélas, le bain de sang ne s'arrêta pas là, et la réaction fut immédiate et brutale : les Dragons se réunirent et attaquèrent le peuple des Elfes dans son ensemble. Abasourdis par ce terrible malentendu, les assaillis essayèrent de mettre un terme aux hostilités ; sans succès, car ils ignoraient comment communiquer avec les Dragons.
S'ensuivit alors une guerre très longue et très sanglante, que les deux parties déplorèrent plus tard. Dans les premiers temps, les Elfes n'acceptèrent le combat que pour se défendre. Ils n'aspiraient qu'à stopper l'escalade de la violence ; mais la férocité et la rage des Dragons ne leur laissèrent point le choix: ils devaient attaquer à leur tour, afin d'assurer leur survie. La guerre dura cinq ans ; et l'hécatombe aurait continué longtemps si un Elfe n'avait pas trouvé un œuf de Dragon, un œuf de Dragon Blanc. Cet Elfe s'appelait Eragon.

Nul ne sait pourquoi l'œuf avait été abandonné: selon les uns, ses parents auraient succombé à une attaque elfique ; selon les autres, les Dragons l'avaient laissé à dessein à cet endroit précis. Quoi qu'il en soit, Eragon comprit sur-le-champ l'intérêt d'élever un Dragon - partant, d'avoir un Dragon pour ami. Il l'éleva en secret et l'appela dans la langue d'antan, ainsi que le voulait la coutume, Bid'Daum. Lorsque Bid'Daum eut atteint sa taille adulte, Eragon le monta afin de prouver aux autres Dragons qu'ils pouvaient vivre en bonne intelligence avec les Elfes. On conclut des accords de paix ; et, pour symboliser cette union des peuples que nul ne devait jamais briser, il fut décidé d'instituer l'Ordre des Roquenlokë (Dragonniers), scellé par le Serment du Sang. C’était il y a plusieurs dizaines de milliers d’années de cela, lorsque Laurëawen, alors reine des Elfes, et les représentants des Dragons décidèrent qu’un simple traité, signé sur le papier ne suffisait pas puisqu’il n’avait aucun sens pour les puissantes créatures ailées. Un sang vif et chaud coule dans les veines des Dragons, et il paraissait inévitable que, un jour ou l’autre, une nouvelle dispute éclata avec les Elfes, comme cela se produisit ensuite avec les Nains pendant des millénaires. Seulement, contrairement aux Nains, ni les Dragons ni les Elfes ne pouvaient se permettre une nouvelle guerre. Les uns comme les autres étaient trop puissants, ils se seraient entredétruits. L’unique moyen d’empêcher cela et d’établir une union significative était de lier leurs deux espèces grâce à la Magie. Il fallut neuf ans aux plus avisés des magiciens Elfes pour imaginer le sort approprié. Cela fait, ils se réunirent à Ilirea, la grande cité des Elfes. Les Elfes fournirent la structure de l’enchantement, les Dragons apportèrent leur puissance, et, ensemble, ils mêlèrent les âmes de leurs deux espèces. Cette alliance métamorphosa les Dragons, qui y gagnèrent l’usage du langage et d’autres fioritures de civilisation ; les Elfes, eux, acquirent une puissance sans pareille. En effet, la Magie des Dragons -qui imprègne le corps de ces puissantes créatures- leur fut transmise et leur a donné, au fil des âges, cette force et cette puissance magique incomparable, même si les Dragons restent les plus puissants à ce niveau... Bien que les Hommes aient plus tard été associés à cet enchantement, ils n’en ont pas bénéficié autant. Ses trois races se virent ainsi mêler leurs âmes et leurs destins (Umbar en Quenya). Les Elfes perpétuent cette tradition en célébrant Vérë Sercë (Le Serment du Sang) durant le Meren Vérë Sercë, tous les siècles, en mémoire de leur pacte avec les Dragons.

Au début, les Dragonniers n'étaient rien de plus qu'un trait d'union entre Elfes et Dragons. Cependant, au fur et à mesure que les années passaient, leur mérite éclata aux yeux de tous, et leur autorité grandit. Ils finirent par s'établir sur l'île de ..., où ils construisirent une place forte : Minas . Avant le déclin de la Confrérie et la longue guerre fratricide lancé par un traître, les Dragonniers avaient plus de pouvoirs que tous les rois d'Arda réunis.

*L’Age d’Or

La Confrérie des Dragonniers protégeait et surveillait les terres grâce aux Dragons et aux pouvoirs que ceux-ci leur conféraient, telle était la mission de ses membres. Durant des milliers d'années, ils s’en acquittèrent avec honneur. Leurs prouesses dans les batailles étaient sans équivalent, car chaque Dragonnier avait la force de plusieurs dizaines de soldats. Ils étaient immortels ou presque : seul l'acier pouvait les transpercer ; seul le poison pouvait les terrasser. Ils se servaient de leur puissance pour accomplir le bien et seulement le bien ; aussi, sous leur tutelle, des villes prospères
s'érigèrent-elles. Tant que les Dragonniers assurèrent la paix, Arda fut florissante. C'était un âge d'or. Les Elfes étaient alors alliés avec les Hommes, et les Nains étaient leurs amis ; la richesse et la joie de vivre irradiaient des cités.

*Le Déclin ou la Chute des Dragonniers

Nul ennemi ne pouvait détruire la Confrérie, mais personne ne pouvait protéger les Dragonniers contre eux-mêmes. Or, lorsque la Confrérie était au faîte de sa puissance, il advint qu'un garçon du nom de Morzan, naquit dans la province d'Inzilbêth, aujourd'hui disparue. A cinq ans, on l'évalua, ainsi que le voulait la coutume, et on décela en lui un potentiel exceptionnel. Les Dragonniers l'acceptèrent comme l'un des leurs. Morzan subit leur entraînement, et montra des dons remarquables. Doué d'un esprit hors du commun et d'un corps d'une force extraordinaire, il quitta rapidement les rangs des Apprentis pour rejoindre ceux des Confrères. Certains jugèrent que cette promotion brutale était risquée ; las, le pouvoir avait érodé la modestie des Dragonniers; ils étaient devenus trop arrogants pour prendre en compte les mises en garde. C'est ainsi qu'ils signèrent leur arrêt de mort...

Donc, peu après que son entraînement fut terminé, Morzan partit pour un périple fort aventureux en compagnie de deux amis, à dos de Dragon. Loin dans les terres septentrionales, ils s'aventurèrent, volant jour et nuit. Ils se hasardèrent profondément dans le territoire des Urgals, car, présomptueux, ils pensaient que leurs pouvoirs suffiraient à les protéger. Là-bas, alors qu'ils se reposaient enfin sur une épaisse couche de glace qui ne fond jamais, même en été, ils furent pris dans une embuscade tendus par les Urgals. Les deux compagnons de Morzan et leurs Dragons furent massacrés. Cependant, malgré de graves blessures, Morzan réussit à mettre les monstres en déroute. Le malheur voulut qu'une flèche ennemie vînt se ficher dans le cœur de sa Dragonne. Incapable de la guérir, Morzan la vit mourir dans ses bras. Ainsi furent plantées les graines de sa folie...

Seul, privé d'une grande partie de sa force, rendu presque fou de douleur par la perte de sa monture, Morzan erra comme une âme en peine dans un territoire désolé, appelant la mort. Mais la mort ne voulut pas de lui. Il eut beau se jeter sans crainte au-devant des monstres les plus redoutables, la mort ne voulut pas de lui. Les Urgals eux-mêmes s'enfuyaient à l'approche de cette manière de fantôme. C'est alors qu'il vint à l'esprit de Morzan que, peut-être, la Confrérie lui offrirait un autre Dragon. Poussé par cette idée, il entreprit un voyage épuisant, à pied, à travers les montagnes, qu'il avait survolées en un clin d'œil sur le dos de sa Dragonne. Il lui fallut plusieurs mois pour les parcourir dans l'autre sens. Il pouvait chasser grâce à la magie, mais, maintes fois, il emprunta des chemins où même les animaux n'osaient pas se risquer. Tant et si bien que, lorsqu'il eut franchi les montagnes, il était plus mort que vif. Un fermier, le trouvant évanoui dans la boue, prévint les Dragonniers. Ceux-ci emmenèrent leur confrère inconscient dans leur retraite. Là, Morzan dormit quatre jours, et son corps guérit : lorsqu'il se réveilla, il dissimula la fièvre qui faisait bouillir son esprit.
Devant le Conseil chargé de le juger, Morzan réclama un autre Dragon. La véhémence de sa requête révéla sa démence. Le Conseil découvrit son vrai visage et repoussa sa demande. Morzan était désespéré. Berné par son délire, il parvint à se persuader que sa Dragonne était morte par la faute des Dragonniers. Nuit après nuit, il se convainquit de la véracité de son mensonge, et il mit au point une terrible vengeance...

Il trouva un Dragonnier compréhensif et, piquant sa sympathie, il inocula au malheureux le poison de sa folie. Il multiplia les démonstrations faussées ; il recourut aux secrets de magie noire qu'un Ombre lui avait enseignés au cours de ses errances ; à force, il sut enflammer l'esprit du Dragonnier contre les Anciens. Ensemble, ils attirèrent traîtreusement l'un d'eux dans un piège pour le tuer. Le crime accompli, Morzan se retourna contre son complice et l'abattit. Les Dragonniers le surprirent à ce moment-là, les mains pleines de sang. Un cri de rage tordit les lèvres de Morzan, qui s'enfuit dans la nuit. Sa folie le rendait si rusé qu'on ne le retrouva point. Pendant des années, Morzan se cacha dans les terres désertiques du Rhûn, tel un animal traqué. Nul n'oubliait ses atrocités, mais, le temps passant, on finit par abandonner les poursuites. Cependant, la mauvaise fortune frappa de nouveau : Morzan rencontra Sanada, un jeune Dragonnier de constitution solide, mais d'esprit fragile. Morzan le persuada de laisser une porte ouverte dans la citadelle de Minas Ithil. Morzan s'y faufila et vola un œuf de Dragon. Son disciple et lui se cachèrent à un endroit où les Dragonniers ne s'aventureraient jamais. Là, Sanada commença son initiation aux forces maléfiques. Morzan lui enseigna des secrets interdits qui n'auraient jamais dû être dévoilés. Là naquit et grandit le Dragon noir de Morzan, nommé Shruikan. Lorsque Shruikan eut atteint sa taille adulte, et que Morzan eut terminé son Apprentissage, Morzan se révéla au monde, Sanada à ses cotés. Ensemble, ils combattirent tous les Dragonniers qu’ils croisèrent. A chaque fois qu'ils en tuaient un, leurs forces grandissaient. Douze Confrères se rallièrent à Morzan, mus par le goût du pouvoir et le ressentiment. Avec Sanada, ils devinrent les Treize Parjures.

Les Dragonniers survivants, déconcertés par cette alliance, succombèrent à l'assaut des traîtres. Les Elfes, à leur tour, livrèrent un combat acharné à Morzan, mais, dépassés, ils furent contraints de se replier sur leurs royaumes, d'où ils ne ressortirent plus jamais. Seul Vrael, le chef des Dragonniers, sut résister à Morzan et aux Parjures. Homme d'expérience, âgé et sage, il lutta pour sauver ce qui pouvait encore l'être, et empêcha ses ennemis de mettre la main sur les derniers Dragons. Au cours de l'ultime bataille, devant les portes de Tyr Olad, Vrael vainquit Morzan, mais il répugna à l'achever. Mal lui en prit: Morzan profita de son hésitation pour lui porter un coup violent sur le côté. Grièvement blessé, Vrael se réfugia dans les Montagnes Bleues, où il espérait reprendre des forces. Il n'en eut pas le loisir. Morzan le retrouva, le défia et le blessa à l'entrejambe. Grâce à cette fourberie, il put dominer Vrael et décapité d'un coup d'épée. Alors, un flot nouveau de puissance coula dans les veines de Morzan, qui se proclama maître et seigneur de tout Arda. Seulement, il arriva ce qui devait arriver un jour, et le règne de Morzan ne dura pas bien longtemps... Son ancien Apprenti se retourna contre lui et le tua, avant de lui-même disparaître dans la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com
Eru
Divinité créatrice
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Ici, là-bas, partout...
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Unique
Alignement: Neutre Strict Neutre Strict
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Re: Les Dragonniers   Ven 16 Jan - 21:00

II- Le cursus et la formation

Le Dragonnier peut devenir après sa formation, un commandant, un gardien, un protecteur ou aussi une arme de destruction au potentiel impressionnant. Toutefois, bien que l'on puisse penser que le Dragonnier est toujours bienfaisant, il arrive souvent que le Dragonnier tourne vers le Mal. Il se transforme alors en être semeur de mort.


*Les types de Dragonniers


Cependant, on distingue différent type de Dragonnier :
-Homme, pour qui un entraînement intensif est nécessaire ;
-Elfe, pour qui l'entraînement est très court voir inexistant.

En effet, rare sont parmi les Hommes les "Enfants Magiques", alors que les Elfes eux ont ce don et apprennent à maîtriser la magie dès leur plus jeune âge. De plus, les capacités physiques des Elfes sont bien supérieures à celles des Hommes, et en plus de ce talent inné, ils s'exercent quotidiennement. Il est inutile également de rappeler que le savoir et la connaissance des Elfes est plus vaste que celle des humains.


*L’Empreinte

Les Dragons choisissaient leurs Dragonniers, grâce à des sorts prononcés au-dessus de leurs œufs, qui les obligent à attendre indéfiniment de trouver la bonne personne, avec laquelle le lien sera le plus fort pour éclore. Le Dragon ne sortira de son œuf que s'il perçoit la présence de son Dragonnier. C'est le Dragon qui donne les pouvoir à son Dragonnier (humain surtout, car les Elfes n'en ont pas besoin).

Lors de l'éclosion des œufs a lieu l'Empreinte ou la Fusion. Le Dragon qui se trouve encore dans son œuf choisit parmi les candidats qui se présentent celui (ou celle) qui sera son alter-ego pour le reste de leur vie. La cérémonie qui suit est très émouvante. Au moment de l'Empreinte, le Dragon contacte "son" humain, mais comme ils n’ont pas encore appris le langage, ils ne peuvent à ce moment leur dire leur nom. Les Dragons sont liés à leur élu par un lien indéfectible. Les jeunes gens, garçons, et éventuellement filles, ayant été repérés pour leurs esprits prometteurs par les Dragonniers en Quête, sont également présentés aux Œufs. C'est un grand honneur que d'être choisi lors d'une de ces Quêtes. Les jeunes Elfes et ceux qui ont été repérés deviennent alors candidats à l'Empreinte. L'Empreinte est l'établissement du Lien et d'un puissant contact mental entre un jeune Dragon et le garçon ou la fille de son choix. Les choix des Dragonnets sont irrévocables et non discutables, même si certains d'entre eux provoquent de grands bouleversements dans les mentalités traditionnelles des Ardiens. Le marquage d'un Dragon est caractérisé par une forte douleur, mais ensuite une joie intense. Le jeune partenaire sent profondément qu'il ne sera plus jamais seul. Dés que le Dragonnet a choisi son compagnon, il se précipite sur lui et le contact s'établit. Le Dragonnet y ajoute un immense sentiment de faim après être resté enfermé trop longtemps dans sa coquille. Ce sentiment persistera pendant une à deux semaines. Plus tard, lorsqu’il saura parler, le jeune Dragon annoncer lui-même son nom par télépathie à son Dragonnier. Il pourra aussi le laisser deviner. Le Dragonnier est d'abord un Candidat à l’Empreinte.

Important : Un Dragon ne choisira jamais un Candidat souffrant d'une forme de maladie débilitante. Il ne choisira pas non plus un candidat aveugle ou sujet au vertige. Un Dragon doit former un tandem puissant avec un Homme. Il n'ira pas volontairement vers le faible.


*La hiérarchie

Les rangs et statuts du cursus sont divers et variés :

-Aspirant : Jeune personne qui apprend ce qu'il lui faut savoir pour devenir Dragonnier. Devient Aspirant tout jeune garçon ou jeune fille de 8 ans minimum, 20 ans maximum, découvert par un Dragon de Quête. De manière plus générale, tout enfant vivant dans cette tranche d'âge vivant dans la ville ou l’endroit où sont gardés les œufs ou où se déroule la ponte, peut être Aspirant puis Candidat à l’Empreinte.

-Candidat à l’Empreinte : Aspirant étant pressenti pour passer bientôt l'Empreinte. Les Candidats sont sous les ordres du Responsable des Candidats et se doivent de suivre à la lettre tout ce qu'il exigera d'eux.

-Apprenti Dragonnier : Avoir passé l'Empreinte et avoir un Dragon (Le champ "Âme Sœur" est alors rempli avec le nom de votre jeune lié(e).). Membre de l'Ordre tout fraîchement lié à un bébé Dragon, son temps est en majeure partie occupé par son âme-sœur draconique. Il continue son Apprentissage, mais avec son Dragon, désormais.

-Ecuyer-Dragon : Apprenti d’un Chevalier-Dragon, il remplit les devoirs de l’Apprenti comme ceux de l’Ecuyer.

-Dragonnier : "Simple" Dragonnier ayant fini sa formation et libre de décider quel chemin il va prendre et s’il souhaite prêter allégeance et entrer au service d’un seigneur.

-Chevalier-Dragon : Dragonnier ayant prêté allégeance à un seigneur. Il a les mêmes devoirs qu’un Chevalier normal et est soumis aux mêmes règles en plus d’être soumis à celles d’un Dragonnier. Les Chevaliers-Dragons sont souvent pris dans différentes quêtes ou chargé de la protection d’un royaume, aussi ont-ils rarement le temps de prendre un élève écuyer à leurs côtés.

-Chef d’Escadrille : ...

-Maître Dragonnier : Dragonnier ou Chevalier-Dragon, lié à un Dragon adulte, se jugeant prêt à prendre un Apprenti sous son aile.

-Chef de la Confrérie/Ordre

-Seigneur-Dragon/Dame-Dragon : ...


*La mutation

L’Empreinte, créant le lien magique entre les deux êtres, le Dragonnier et son Dragon, est inscrite dans la continuité du Serment du Sang. Une transformation a donc lieu en un certain sens, une métamorphose ou mutation qui est plus prononcé chez le Dragonnier humain que chez le Dragonnier elfe. En effet, une transformation physique a lieu, au fil des ans, qui conduit le Dragonnier humain à ressembler peu à peu à un Elfe. Les Dragonniers humains finissent par acquérir une grande beauté, avec un visage lisse et de hautes pommettes, des oreilles pointues, des yeux fendus comme les Elfes et une peau à la pâleur de l’albâtre qui irradie d’un éclat magique. Ils ne seront pourtant jamais complètement semblables aux Elfes. Ils ont le visage trop large, la mâchoire trop carrée, les sourcils trop épais. Ils sont plus beaux qu’aucun humain, mais plus rustaud que n’importe quel Elfe. Par contre, bien souvent, ils acquièrent des capacités physiques (force, endurance, acuité des sens...) plus ou moins égales à celles des Elfes.

Si la célébration du Serment du Sang qui a lieu tous les cents ans à Ellesméra se fait directement avec un Dragonnier humain, les nombreuses modifications physiques qui, au fil du temps, transforment un Dragonnier humain, ont lieu en une heure à peine.


*L’enseignement

Les connaissances du Dragonnier doivent être vastes. Outre la magie, il se doit d’avoir une certaine connaissance du monde qui l’entoure. En effet, la magie, les techniques de combat, le maniement de l’épée et autres compétences du même genre ne servent à rien tant qu’il ignore comment et quand t’en servir, et ce qui le pousse à s’en servir. Le pouvoir est la force la plus dangereuse au monde, la tâche première du Maître Dragonnier est d’aider son Apprenti à comprendre quels principes les guident, lui et son Dragon, de sorte qu’ils ne fassent pas les bons choix pour de mauvaises raisons. Le Dragonnier et son Dragon doivent apprendre à mieux se connaître eux-mêmes, savoir qui ils sont et ce qu’ils sont capables d’accomplir. Aussi, les matières qu’il aborde sont très variées :
-Il apprend à lire et à écrire s’il ne sait pas déjà.[/color]
-Il apprend différentes langues d’Arda, principalement celles des Elfes.
-Il apprend l’Histoire d’Arda.
-Il étudie également les différents peuples, leurs mœurs et coutumes, leur religion, leur politique, leur organisation en société, leur histoire, etc.
-Il doit augmenter sa concentration comme sa mémoire, visuelle et auditive.
-Il est initié à divers arts tels que le dessin, la musique et la poésie.
-Lui sont aussi enseigné les sciences de la nature pour qu’il comprenne mieux les différentes formes de vie.
-Au maniement de l’épée et de la plupart des armes, le Dragonnier se devait de devenir ambidextre.

D'autres matières sont là l'enseignement selon les choix du Maître Dragonnier.


*Leçons de vol et Interstice

Lorsque les Dragonnets atteignent leur première révolution, les Apprentis apprennent à les harnacher et à les monter. Ils apprennent également à installer tout l'équipement de Dragonnier sur le dos du Dragon.

Le moment de la première leçon de vol vient vite, mais le premier vol en lui-même met fort beaucoup de temps à venir, du point de vue des Apprentis. Les jeunes Dragons savent instinctivement comment voler, ce sont plutôt les Apprentis qui doivent apprendre les différentes manœuvres et les notions de base. Après quelques leçons et sous l'œil attentif du Maître, les Dragon effectue ses premiers vols, sans Apprenti. À partir de ce moment, le Dragon vole souvent pour renforcer leurs ailes et améliorer leur technique ainsi que leur vitesse. Les Apprentis sont autorisés à voler comme bon leur semble tant qu’ils n’atteignent pas certaines limites (par mesure de sécurité la plupart du temps) et qu’ils sont à l’heure pour leurs cours.

Une fois les notions de vol bien acquises, les leçons sur le passage par l'Interstice commencent et les rengaines sur la sécurité et la visualisation prennent tout leur sens. Lorsque les Apprentis maîtrisent ce concept, ils auront la possibilité, des années plus tard bien souvent, et si leur Dragon possède ce don, d’effectuer l’expérience. Ils sont envoyés en mission un peu partout sur Arda pour leur permettre d'apprendre différentes coordonnées. Ainsi, ils sont souvent de garde dans les royaumes et deviennent de rapides messagers.


*La formation

Au temps de la première Confrérie, dès qu’un œuf de Dragon décidait d’éclore, l’Apprenti Dragonnier était emmené dans la cité elfique d’Ilirea – où il devait suivre une formation en compagnie d’un autre élève. Il n’était pas rare que les vieux Dragons prennent en charge les plus jeunes pour leur apprendre quelques acrobaties aériennes, comment gérer leur endurance pour les longs vols et leur vitesse tout en améliorant leurs accélérations, non sans oublier l’Apprentissage de l’ancien langage et des mythes de Dragons. Autre tradition, Dragon et Dragonnier devaient partager en temps réel leurs études et leurs expériences grâce à la connexion entre leurs esprits. Au terme du cours, le Dragonnier enseignant était chargé de vérifier que le Dragon de son élève avait bien assimilé les leçons données à ce dernier, le vieux Dragon s’assurant que l’Apprenti Dragonnier avait fait de même avec le cours suivi par son Dragon. En plus de ces classes théoriques, les Apprentis Dragonniers étaient soumis à un régime physique et mental très strict tant que leurs formateurs ne les jugeaient pas aptes à voler de leurs propres ailes. A ce stade aucun Apprenti Dragonnier n’avait conscience du potentiel magique qui est le sien. Et si l’un d’eux le découvrait par erreur, alors il était appelé à suivre une formation particulière. Dans l’absolu tous les Dragonniers étaient capables d’utiliser la magie, bien qu’il soit arrivé que certains passent leur vie entière sans parvenir à y faire appel une seule fois. Généralement la formation d’un Dragon et de son Dragonnier durait une vingtaine d’années, même s’ils continuaient à progresser et à apprendre tout au long de leurs vies.


*L’entraînement

A l’époque de leur âge d’or, les Apprentis Dragonniers étaient soumis à un régime très précis, destiné à renforcer à la fois leur corps et leur contrôle mental. Cela pouvait prendre des mois, voire des années, avant qu’ils ne soient autorisés à se servir de la magie. D’ailleurs l’existence même de ces capacités était tenue secrète. Et si l’un d’eux la découvrait par accident, il avait droit à un traitement éducatif particulier. Reste que pour tous les Apprentis, il fallait se soumettre à des exercices inutiles visant à provoquer en eux une sorte de déclic les amenant à avoir recours à la magie pour réaliser les tâches assignées. Alors seulement débutait leur formation. Cependant il est une règle essentielle qu’il convient d’intégrer au plus tôt. Si un Dragonnier peut avoir recours à la magie pour guérir une blessure, et même si cela réclame énormément d’énergie, il ne doit jamais tenter de ressusciter les disparus. Entre la vie et la mort, il y a un abîme où la magie n’a plus aucune prise et où magiciens comme Dragonniers voient leurs forces s’estomper et leurs âmes se dissiper dans les ténèbres. Personne ne doit donc essayer de déchirer le voile entre les mondes au risque d’y laisser sa vie. Au final pour pratiquer la magie, un Dragonnier doit avoir un don inné (ce qui est presque toujours le cas), et surtout être capable de solliciter son pouvoir à volonté. La magie formulée par les mots de l’Ancien Langage des Elfes ou dans la Langue des Dragons sont bien souvent plus puissants. Si l’on ne néglige pas la part de renforcement mental de l’entraînement, il ne faut pas oublier qu’une grande part de l’entraînement est très physique. Si l’Apprenti ne se trouve pas envoyé dans une Quête avec son maître, il est soumis à d’importants exercices physiques. Cela peut être particulièrement difficile pour le Dragonnier humain, qui malgré sa mutation, reste soumis à certaines limites. Les entraînements durent jusqu'à la fin du jour ou jusqu'à complet épuisement des Apprentis et Dragonnets.

Lorsque le Maître les juge prêts, les Apprentis achèvent leur formation et sont libres de choisir leur voie. Soit ils rejoignent la Confrérie/l’Ordre pour combattre et protéger Arda à leurs côtés, soit ils décident de partir eux-mêmes à l’aventure et dans des Quêtes, soit ils prêtent allégeance à un seigneur et choisissent de devenir Chevalier d’un royaume et peuvent intégrer une Escadrille.


*La mort

Si la mort d’un Dragonnier tue à chaque coup son Dragon, la perte d’un Dragon tue généralement son Dragonnier. La douleur est un choc en soi-même si ce n’est pas le facteur décisif. Ce qui cause un dommage irréversible, c’est la sensation qu’une part de son esprit, une part de son identité, est morte.

_________________

"Sois humble car tu es fais de boue.
Sois noble car tu es fais d'étoiles."

Règle n°1 : L'administrateur à toujours raison.
Règle n°2 : Si l'administrateur a tort, se référer à la règle n°1


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com
Eru
Divinité créatrice
avatar

Nombre de messages : 431
Localisation : Ici, là-bas, partout...
Date d'inscription : 29/03/2007

Personnage
Race: Unique
Alignement: Neutre Strict Neutre Strict
Ordre: Lumière Lumière
MessageSujet: Re: Les Dragonniers   Ven 16 Jan - 21:08

III- Les armes, équipement et pouvoirs des Dragonniers


*Les lames de Dragonniers

Au terme de sa formation, un Dragonnier se voyait remettre une épée par les Elfes. Personne n’est à même de percer le secret qui entoure la fabrication. Constamment effilées, incassables et inoxydables, la coutume veut que la couleur de l’acier corresponde à celle du Dragon que monte le Dragonnier. A noter que contrairement aux habituelles armes elfiques, d’une légèreté incomparable, celles-ci sont extrêmement lourdes sauf pour ces derniers. Les bijoux ornant ces épées ont une double fonction : d’une part ils complètent la magie du Dragon, et d’autre part ils servent à accumuler du pouvoir pour une utilisation ultérieure. Seules les pierres les plus parfaites sont tolérées car elles sont les seules à pouvoir stocker beaucoup de pouvoir. Enfin les épées arborent le cimier personnel du Dragonnier, une pièce placée au-dessus des armoiries pour indiquer la qualité de celui qui le porte. Finoriel est un Elfe considéré comme le plus grand forgeron d’Arda. Il a forgé toutes les épées des Dragonniers, et était responsable des bijoux comme des sortilèges associés. Après la chute de la Confrérie, très affecté par le sort réservé aux Dragonniers, il fit le serment de ne plus jamais créer d’armes aussi destructrices. A ce jour il subsiste encore cinq de ses créations : un bleue sertie notamment de saphirs elfiques (Luinhyanda), une verte d’émeraudes (Laica), une rouge de rubis (Narsil), une épée d’argent et de lumière (Silmacil), une épée d’or et de lumière (Calmacil) et l’épée noire de Morzan, Mormacil, qui servit à tuer de nombreux Dragonniers.


*L’équipement des Dragonniers

Le matériel de base d'un Dragonnier est : une épée, un couteau, un casque, des gants en cuir, et une selle.


*Les pouvoirs des Dragonniers

Les pouvoirs des Dragonniers sont très vastes et il serait tout aussi difficile de les énumérer que d'énumérer ceux que possèdent les Elfes. Néanmoins, on pourrait en citer un qui est l'élément essentiel qui relie la Dragonnier à son Dragon : la télépathie. Celle-ci permet d'une part au Dragon et au Dragonnier de communiquer entre eux (car les Dragons sont des télépathes remarquables mais ne peuvent pas "parler" à voix haute) mais peut aussi s'étendre à tous les êtres vivants doués d'esprit.

_________________

"Sois humble car tu es fais de boue.
Sois noble car tu es fais d'étoiles."

Règle n°1 : L'administrateur à toujours raison.
Règle n°2 : Si l'administrateur a tort, se référer à la règle n°1


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theworldofarda.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Dragonniers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Dragonniers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Troisième génération de dragons et dragonniers
» Adrille Narden [Cavalière]
» Les Dragonniers
» Eragon : l'Ordre des Dragonniers
» [Personnages]Personnes historiques de l'Alagaesia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The World Of Arda :: La Grande Bibliothèque de Tyr'Asslin :: Le Monde d’Arda :: x Personnage-
Sauter vers: